Témoignage de Julie, directrice sur la ville de Corbeil

Accueil Forums Confinement Témoignage de Julie, directrice sur la ville de Corbeil

  • Ce sujet est vide.
Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #263
    Bernadette Paradis
    Invité

    Je ne sais pas si ces quelques lignes éclaireront ta réflexion pour ATD quart monde mais voici mon expérience sur l école et plus largement sur Corbeil:

    1. Dès le début de l année, on a proposé une application gratuite à tous les parents. Sur 200 élèves, moins d une dizaine ne l’ont pas. Pendant cette période d enseignement à distance, on y dépose les devoirs, les vidéos, des cours… cette appli s’appelle klassroom et perso, parents, enfants et enseignants y trouvent leur compte (d’autant que l’appli a une traduction automatique pour les parents non francophones). Pour les autres familles, on fonctionne par mail.

    2. Nous utilisons aussi le téléphone, mes collègues de CP-CE1 appellent une à 3 fois par semaine les enfants les plus fragiles.

    3. Sur la ville de Corbeil, les enseignants ont aussi fait déposer des photocopies du travail (copies faites par la ville) dans 5 boulangeries (1 par quartier) pour les familles les plus éloignées du numérique.

    4. Dans quelques écoles, les enseignants ont prêté d anciens Smartphones, d anciens ordi ou tablettes à des familles (familles de réfugiés, familles logées dans les hôtels sociaux)À noter que ce matériel appartenait aux enseignants eux-mêmes. Bel exemple de solidarité…

    5. Il me semble qu’au foyer croix rouge, ils ont proposé d imprimer les documents pour les élèves.

    6. La direction académique avait suggéré le prêt de matériel (téléphone, tablettes…) mais l’ Inspectrice n’a pas eu de retour (en même temps, aucun intérêt s il n y avait pas d’accès internet sur ces appareils).

    Pour finir, je crois que sur toute la ville de Corbeil, 97% des familles sont en contact avec les enseignants et, sur les 3% qui manquent à l’appel, certains sont partis à l’étranger.
    Sur mon école, une communication est établie pour 100% des familles mais je sens que les inégalités se creusent. Je suis heureuse de voir que les familles les plus fragiles sont très attentives à la scolarité, elles sont en demande de contact avec moi, me sollicitent par mail, envoient des photos du travail…même si les parents ne peuvent pas “faire classe”, ils semblent, dans la très grande majorité, vouloir faire de leur mieux. Ils ne sont pas enseignants, je n’attends pas d’eux de le devenir, juste de veiller à ce que les cahiers soient ouverts, que les enfants travaillent chaque jour et que les élèves me posent des questions sur ce qu’ils ne comprennent pas. Pour le reste, les incompréhensions, les lacunes éventuelles à la fin du confinement, le retard dans le programme… ce n est pas leur job mais le nôtre et on s’y attellera dès la reprise!

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.