Témoignage Sylvie Gomas, enseignante maternelle

Accueil Forums Confinement Témoignage Sylvie Gomas, enseignante maternelle

  • Ce sujet est vide.
Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #258
    Régis Félix
    Invité

    Je reviens vers vous avec de remarques suite à la visite que j’ai faite jeudi dernier à la majorité de familles de mes élèves.
    Grâce à la volontaire Christine Gonzales qui venait de s’installer dans le quartier de mon école, dans un immeuble où vivent 3 familles de mes élèves j’ai pu obtenir des adresses mail de tous les parents qui en sont équipés, pour d’autres adresses mails ce sont des parents qui ont fait le lien. Cependant il reste une famille non équipée qui vit dans l’immeuble de Christine qui donc reçoit et imprime puis leur transmet ce que j’envoie.
    J’ai fait les visites avec Christine afin qu’elle soit repérée par les familles pour des liens ultérieurs.
    J’ai constaté que le confinement était bien respecté, sans doute par peur de la contamination ce qui nous a été clairement dit par certaines mamans. J’ai vu des parents qui se « débrouillaient » et se montraient fatalistes , d’autres très inquiets et une maman en grande détresse. Ce que je sais d’elle c’est qu’elle est suivie par les SS pour un éventuel  placement de son unique enfant, ce qu’elle vit très mal car placée elle même et qui lui laisse des souvenirs très douloureux. Elle a des difficultés à garder son calme avec son fils et sait que ses réactions exagérées mais qu’elle ne sait gérer, peuvent lui porter préjudice. Je l’ai assuré de ma confiance en elle et lui ai fait parvenir des liens de sites qui expliquent comment gérer le stress avant le « pétage de plomb », liens de yoga parents-enfants et des pistes de « sophrologie ».
    Les parents sont très demandeurs d’activités à faire avec leurs enfants, je les sens très démunis et me demande si les bricolages que je leur propose avec du matériel de récupération (emballages…) ne sert pas seulement ceux qui, déjà, avaient ce genre d’activités en famille !  De même les petits jeux à compter ou de phonologie que je conseille. Même la germination de légumes secs a, je pense, posé problème à certains pour qui cette alimentation est inconnue en « frais ». Certains m’avaient dit lors d’appels téléphoniques qu’ils n’ avaient ni lentilles, ni haricots…
    Je garde de ces visites rapides et respectueuses, autant que faire se pouvait, des gestes barrière, la certitude que certains enfants seront des « victimes collatérales » de cette pandémie car des parents ne peuvent, ne savent pas, « faire avec » leurs enfants, les soutenir avec la bienveillance et la patience nécessaires pour progresser dans les apprentissages ; sans doute ne l’ont ils pas vécus eux-mêmes enfants ? Qu’en est-il des parents qui ne savent pas lire et nous le cachaient ? Que peuvent-ils bien faire des conseils ou propositions que j’envoie sur leur portable ? Quelle image donnent-ils alors d’eux à leur enfant ? Ces enfants se voient « voler » deux mois (ou plus) d’école !
    Sur mes 10 élèves de Grande section il y en a un pour qui le maintien en maternelle était une évidence et la maman, avant moi, en parlait déjà et l’acceptait. Mais pour un autre j’avais demandé que la psychologue vienne l’observer et la tester car j’avais des doutes pour son passage en CP et je sais qu’elle a besoin de beaucoup d’encouragements pour progresser et acquérir de bases solides. Il est clair maintenant que je vais devoir proposer son maintien, comment l’annoncer à sa maman que je ne peux rencontrer dans des conditions dignes pour lui annoncer cela ?
    Voilà quelques réflexions que je vous partage. portez-vous bien.
    Courage et patience,
    Sylvie

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.